Le tour de l\'Europe en 125

Le tour de l\'Europe en 125

Thurso et l'extrème nord de l'écosse

Lundi 5 octobre 2009,

 

Dépard du port de Stornoway, en direction de Ulapool, sur le "continent" britannique. Toujours autant de vent,programme de la journée, direction Thurso une des villes les plus au nord de la Grande Bretagne, tout ça tranquillement par la côte, on est pas pressé.

 

 

 

Les routes des Highlands...

 

 

 

Les paysages des Highlands

 

 

The Shore and the sea, la baignade sera pour un autre jour.

 

 

Corne d'Auroch !!! des vaches écossaises.

 

 

Le centre de recherches nucléaires de Dounreay, site classé secret défense...

 

 

 

Tetu comme une bourrique je décide d'aller jusqu'au point le plus au nord de toute la Grande Bretagne à savoir le cap Wrath. Arrivé dans le village de Kinolchbervie, la route ne va pas plus loin pour les bêtes à moteur et je n'ai pas le courage de me taper 40 kilomètres à pied dans la journée, ce qui n'est pas le cas des soldats de la British Army que je croise et qui eux sont en plein entraînement, heureusement il ne pleut pas aujourd'hui.

 

Je continues mon chemin vers Thurso et décide de m'arrêter casser la croute en chemin dans un restaurant de route désert en ce mois d'octobre. Un bon Fish and Chips fera l'affaire. L'actualité du jour se sont des restes de matériel militaire française chariés par la marée jusque sur le rivage...

Au moment de partir le patron du resto, me taquines en me demandant si je pas en reprendre avec moi, je lui réponds que le mieux est de tout mettre dans un colis et de l'envoyer à l'adresse  suivante :

 

Nicolas SARKOZY

Palais de l'Elysée

75008 PARIS

 

 

 

Thurso ville natale de Sir William Smith, et de Ducky le personnage du medecin de la série télévisée NCIS (la ville a ommis de mentionner son nom).

 

Un peu plus loin que le panneau, un terrain qui ressemble fort à un camping, mais tout semble vide. Je demande à un gars du conseil municipal en train de bosser si c'est ouvert, il me répond qu'il en sait rien. De toute façon ça ressemble plus à une aire d'acceuil pour camping cars, il n'y a pas de barrières, y a pas moyen que je laisse la tente sans surveillance.

Je consulte mes infos, et entre l'adresse d'une auberge de jeunesse indiquée dans mon guide.

 

Il s'agit en fait d'un Kebab avec à l'étage du dessus, des chambres aménagées pour les voyageurs de passage.

Le patron est justement dans l'arrière cour, et me fait signe d'avancer mais en voyant son faciès je ne peux m'empecher d'avoir la pensée suivante :

 

 

 

Et oui ça faisait longtemps que je ne m'étais pas référé à ce chef d'oeuvre du cinéma français. Mes doutes viennent confirmer mes impressions, quand je demande au chef combien coute une nuit dans son "auberge", celui ci fait style de pas entendre et se dépeche de retourner derrière son comptoir.

Je mets la bécane sur la béquille, et rentre dans son gourbi, lui repose la question, et à la réponse pas de doute, cet enfoiré m'a bien vu arriver :

 

- Il faut compter £35 pour une nuit dans une chambre particulière.

- Hum... vous avez pas moins cher, même un dortoir collectif, ça m'est égal ?

- Non

 

£35 pour une nuit ça fait plus de 50 € la nuit faut pas pousser mémé dans les orthies comme dira l'autre. Une autre pensée me vient alors à l'esprit, là aussi un grand chef d'oeuvre du reportage français :

 


 

Constatant mon refus, l'aubergiste kebabiste, me lance d'un air confiant good luck.

 

Ce comportement déplorable à l'encontre des voyageurs de passage mérite un bon coup de bâton :

 

SANDRA BACKPACKER'S HOTEL

24 Princes Street

Caithness

THURSO

 

En effet il a raison l'autre ça va pas être si commode de ça que de se loger à Thurso en octobre. Direction l'office du tourisme, la dame à l’accueil est charmante, la mamy british typique, genre Mrs Doubtfire. Elle m'indique l'adresse d'un lieu d'hébergement qui n'est ni un hôtel, ni une auberge de jeunesse, et qui ne coute pas £35 la nuit.

 

Je me rends à l'endroit, qui ressemble à un internat derrière un bâtiment public, des corbillards sont garés sous un auvent tout proche, j'apprendrai par la suite que se sont les services techniques de la ville.

Une fois dedans ça ressemble bien à un internat, un long couloir avec des piaules de chaque côté les toilettes et douches à mi couloir et tout au bout un coin cuisine, un étendoir pour le linge, et le bureau de l'intendant. Intendante en l’occurrence, je demande le prix pour une nuit £15, même pas dans un dortoir, une chambre particulière vieillotte mais propre, et bien chauffée, que demande le peuple.

 

Ce comportement accueillant et acceptable envers des voyageurs de passage mérite bien une petite carotte :

 

CFD ACCOMODATION SERVICES

Ormlie Lodge

Ormlie Road

Caithness

THURSO

 

L'intendante est courtoise et correcte, mais je sens dans son regard qu'elle me cache quelque chose, je comprendrai plus tard pourquoi.

 

En attendant pas de folies ce soir, je compte me lever tôt demain matin pour aller visiter l'île voisine de Orkney, le ferry part du port voisin de Scrabster à 8h45 en se présentant 30 minutes à l'avance autant dire que je n'ai plus l'habitude de me lever aussi tôt.

 

 

Mardi 6 octobre 2009.

 

Je tache de me motiver pour aller visiter les Orcades, mais rien à faire, le ferry est trop tôt, et puis visiter l'ile que pour une journée non merci, j'ai déjà testé avec Guernesey...

J'avais bien prévu de louer un vélo à Aberdeen et de me faire les Shetlands et les Orcades avec, mais au final cela s'est avéré trop complexe dommage, une prochaine fois peut être.

Je suis juste un peu dégoûté de ne pas avoir vu ces îles culturellement scandinaves, et les petits poney dans leur habitat naturel.

 

Mission de la journée déjeuner, laver du linge, faire un minimum de courses, aller sur internet trouver des couches à surfer pour le reste de l'aventure.

 

Je demande un peu plus d'informations sur la nature et la fonction des lieux à l'intendante, qui m'explique que le bâtiment à été construit au moment du boom pétrolier en mer du Nord, et qu'il a fallut loger tous les ouvriers venus pour la construction des plates-formes.

Je comprends mieux.

 

Dans la cuisine, je comprends maintenant ce que l'intendante voulait plus ou moins me cacher. Alors que je fais ma cuisine un monsieur dans la cinquantaine, un peu aviné viens me parler, il est très poli et me serre la main mais je ne comprends pas bien ce qu'il me dit, il est accompagné d'une femme dans sa tranche d'age, au bout de deux minutes j'arrive à comprendre quelque chose du genre : " Je vais devoir y aller sinon ma femme va m'engueuler".

Ne voulant pas retenir mon nouvel ami plus longtemps, je lui conseille d'obtempérer.

 

Il faut savoir qu'en Grande Bretagne, les collectivités ont l'obligation de loger les personnes en difficulté ce qui explique ma rencontre du matin. Je comprendrai les jours suivants en rencontrant de nombreux jeunes adultes que ce lieu est également une sorte de foyer pour les jeunes travailleurs, et de foyer tout court pour les gens qui n'ont pas trop de sous. Certains jeunes avaient l'air un peu excités, mais personne m'a emmerdé, et je n'ai pas été réveillé à trois heures du matin par du bruit, l'avantage d'être étranger dans un pays est aussi celui d'être étranger à leurs problèmes...

 

Vu qu'il n'y a pas d'ordinateur dans l'auberge, je suis contraint d'aller en trouver un au dehors. On m'indique le lycée un peu plus haut, je le sens pas trop mais je vais quand même voir. Le portail est grand ouvert, on est loin de la région parisienne et des quartiers chauds londoniens. Je choisis une salle au hasard et interrompt un cours pas inadvertance, le prof me demande ce qui se passe je lui explique vite fait il m'indique la bibliothèque municipale, heureusement que ce n'était pas un cours de français sinon j'aurais été contraint d'office de participer.

 

 

Thurso une ville britannique ordinaire.

 

Dans la bibli il est possible pour tout le monde d'aller sur le net une heure par jour, trop juste pour mes besoins. J'y rencontre une camarade de l'auberge, elle à la quarantaine, et vient de Lituanie, elle ne parle pas bien anglais, mais reste avenante et sympathique.

 

Je demande à la dame où il y a l'internet à part dans la bibli, elle m'indique la mission des pêcheurs à Scrabster, d'un coup de moto je m'y rends, le poste est en libre accès on laisse l'argent que l'on veut dans la petite tirelire, et on abuse pas du poste. De toute façon y a personne qui se presse pour l'utiliser.

 

Rentré à l'auberge, j'en profite pour faire un minimum de mécanique sur Gertrude, tranquillement sous l'auvent à l'abri de la pluie et du vent, un employé municipal m'indique même ou sont les outils.

 

Aujourd'hui Gertrude souffle 37035 kilomètres et s'offre pour l'occasion deux bougies toutes neuves qu'elle ne soufflera pas tout de suite j'espère.

 

Mercredi 7 décembre 2009,

 

Mon dernier jour à visiter l’extrême nord Grand Breton. Aujourd'hui une petite virée à John O'Groat s'impose.

 

 

Dunnet head le point le plus au nord Est de la Grande Bretagne.

 

 

La photo témoin avec Gertrude.

 

 

 

Une touche de jackysme Ecosso-malaise sur cette pauvre Proton Wira. Proton est une marque originaire de Malaisie totalement inconnue en Europe continentale, mais diffusée en Grande Bretagne. Cette marque me rappelle aussi une partie de ma jeunesse, et plus spécialement le jeu Rally Championship sur PC où cette voiture tient le haut du pavé.

 


 

John O Groats la ville "habitée" la plus au nord Est de Grande Bretagne.

 

 

Un jour la photo antipodique en nouvelle Zélande.

 

 

Au bout du bout de la Grande Bretagne sur l'ancien terminal Ferries de John O Groats.

 

C'est heureux et vivifié par le vent et l'air marin que je rentre pour ma dernière nuit dans l'auberge de Thurso, demain une nouvelle étape peut être la plus symbolique d’Écosse : "Le tour du lac du Loch Ness"...

 

To be continued



30/05/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres