Le tour de l\'Europe en 125

Le tour de l\'Europe en 125

M'hamid et la vallée du Draa

Ouarzazate Dimanche 24 mai 2009,

 

Comme tous les jours la messe est dite par le Muezzin qui appelle les fidèles à la prière. J'arrive à me lever sans trop de soucis, et à plier la tente. Je lève le camp direction le sud, Zagora dans un premier temps, peut être un peu plus bas pour la suite on verra bien...

 

En partant je repasse devant la boutique de Lahoussine en train de scruter une bécane derrière ses petites lunettes...

 

Je m'aperçois au bout de 5 km que je suis en train de me planter d'itinéraire étant sur la N10 en direction de Merzouga, Arnaud à Marrakech m'avait bien dit de ne pas louper ce coin, mais têtu comme une bourrique comme à mon habitude et étant persuadé que mon billet de ferry retour va expirer après le 1er juin, je préfère aller visiter M'hamid une ville dans un cul de sac au bout de la N9 près de la frontière algérienne.

 

Tout autour le paysage me rappelle que je m'enfonce de plus en plus dans le désert...

 

montagne rocailleuse.JPG

 

 ...et des souvenirs tous droits sortis de l'été 98 :

 

 

De la montagne et du roc à perte de vue où seuls les cailloux poussent, la face nord du haut-atlas et les plaines quasi verdoyantes sont déjà loin. Devant moi un Kangoo flambant neuf conduit par un marocain nos regards se croisent dans le rétroviseur, le vautour a repéré sa proie, au moment opportun il s'arrête sur le bas côté et sort aussi vite qu'il peut en me disant :" Je suis en panne". De mon côté je continues j'ai compris son manège toujours le même qu'en passant le Tizi n' Tichka, si au moins c'était des jolies femmes qui nous faisaient le coup de la panne ça passerait mieux...

 

Un peu plus loin je croise la caravane de caravanes hollandaises que j'avais croisé au camping de Marrakech, puis celui de Ouarzazate avant de m'envoler pour Paris. Je me souviens que le chef de groupe leur avait fait un topo à Marrakech sur la région et il m'avait semblé avoir entendu "Agdz" au milieu des intonations de leur langue barbare.

Nous nous saluons la quinzaine de caravanes et moi même par appels de phare coups de klaxons.

 

Toujours un peu plus bas au détour d'un virage première rencontre avec des hommes bleus ils sont jeunes dans la vingtaine. Ils marchent au milieu de la route, au milieu de nulle part, l'échange est bref eux aussi comme le mec à la kangoo sont deux vautours à la recherche d'une proie, le désert avançant même les charognes se font rares je lances un "Salaam aleikoum" à la volée et reçois comme réponse un "on est en panne", en panne de quoi ? de chameau ? en panne sexuelle à votre age ? Quelle tristesse tout ça mais je mesurerai plus tard que nous les touristes sommes la seule bouffée d'oxygène dans cette région économiquement sinistrée.

 

Peu importe, je continues ma route, route qui se rapproche à nouveau de la vallée du Draa ça et là le long de l'Oued des palmiers dattiers, distillant une ombre plus que bienvenue à l'heure du midi solaire dans cette contrée.

 

Vallee du draa.JPG

Comme dirait Obélix "Il est midi 12" mon ventre ne gargouille pas mais il est temps de s'arrêter histoire de manger un morceau, en chemin une auberge qui fait aussi bouffe et camping. Arrivé à l'entrée je vois directement sur la gueule du patron que c'est un bel enfoiré. Je regarde vite fait le guide Michelin et il n'est pas référencé, je vais me faire enfiler c'est sur.

 

Vous l'attendez tous c'est vrai que ça faisait longtemps en même temps :

 

 

 

Le monsieur est faussement très gentil et me demande si je vais passer la nuit, "non Monsieur le gentil aubergiste ça serait juste pour manger", je ne demande pas combien ça coûte, je vais me faire enfiler c'est sur.

 

Il m'amène la bouffe, couscous au légumes donc sans viande, donc ça devrait pas coûter trop cher en théorie bien sur car si on ne parle pas thune c'est toujours la même histoire. La portion couvre deux personnes.

 

Blague à part son camping est plutôt sympa bien que vide allez savoir pourquoi ? de l'ombre de partout sous les palmiers dattiers. Après un repas aussi copieux une bonne sieste est nécessaire, je pars pour un somme d'une petite heure...

 

Au moment de s'en aller il faut payer bien sur, partir sans le faire serait d'une telle impolitesse, il m'annonce le prix 100 dhm soit 10 € plus cher qu'au Mac Do qui eux mettent de la viande dans leurs hamburgers "ah non là tu déconnes",

- Bon ok mssiou j'vous fait 80

Marché conclus même si au final je me fais quand même bien enfiler mais bon c'est le jeu ma pauvre lucette.

 

Par contre en plus d'être un pervers sournois le patron est con parce que cet abruti me laisse un carte pour que je lui fasse de la pub gratuitement ce que je ne vais pas me priver de lui faire :

 

Si vous aussi vous aimez bien vous faire tourister aller rendre visite à :

 

FADILI ABDELALI

CAMPING OUED DRAA

RBAT LHJAR

10 KM AVANT ZAGORA

45900

 

N'oubliez pas avant d'y aller d'avoir vos menottes, votre martinet et votre combinaison cuir la maison ne fournissant pas ce type d'articles...

 

En sortant je double un vieux fourgon Mercedes 609 Orange immatriculé en Espagne avec à son bord deux hippies et leur chien eux sont beaucoup moins pressés que moi et roulent lentement...

 

Zagora enfin, ZA-GO-RA, une ville marocaine quelconque sans rien à voir de particulier avec son club Med et ses nombreux commerces. Je m'arrête pour faire la photo au panneau, un gamin en vélo accepte de me prendre et ne demande rien en échange, je lui offre spontanément une paire de lunettes.

 





J'en profite pour faire le plein, la moto ne tourne pas trop mal de toute façon je me suis fait une raison plus la peine de faire quoi que se soit dessus, Lahoussine m'a dit que c'était l'essence un point c'est tout.

 

10 bornes après Zagora, l'oued Draa n'est plus que l'ombre de lui même

 

vallée assechée.JPG

Le paysage est à couper le souffle, comme un dimanche après midi devant France 5 sauf que là c'est réel...




Dieu Roi Patrie,

 

devises.JPG

 

Là je sèches...

 

Ah j'en verrai des message Dieu Roi Patrie comme des bouteilles jetées à la mer d'un peuple oublié au fin fond du royaume. J'apprendrais plus tard en rentrant en Europe qu'une manif des habitants de la région a eu lieu quelques semaines auparavant pour demander un peu plus, réponse du gouvernement une ligne de Bus Eurolines censée amener plus de touristes va jusqu'à M'hamid c'est déjà ça, mais bon une fois de plus au lieu d'actions plus concrètes les autorités attendent après la providence.

 

Tout ça me fait réfléchir sur le fait que je suis toujours sans nouvelles de ma clé usb oubliée dans un cybercafé à Meknes quelques semaines auparavant et qui contenait toutes les photos du début du voyage. Arrivant sur le village de Tagounite c'est donc le moment ou jamais.

Tout autour de moi que des bonhommes, je me suis habitué depuis le temps sauf que eux ne font rien car il n'ont rien à faire tout n'est que poussière autour d'eux, ils sont assis le long de la rue principale et regardent passer les voitures comme des vaches regardant passer les trains. N'arrivant pas à contacter les renseignements téléphoniques marocains via une cabine qui ne marche pas je trouve une bonne âme pour m'aider.

Il s'appelle Nordine, et appelle directement le 118 ... local depuis son portable qu'il me passe directement la nana à l'autre bout parle français comme dans tous les centres d'appels, on arrive à trouver le cybercafé, elle me mets en relation avec mais la fille qui assure l'intendance au cybercafé elle ne parle pas français c'est donc Nordine qui prends le relais. Une fois la conversation terminée Nordine m'annonce la mauvaise nouvelle, ils n'ont pas trouvé ma clé en même temps il fallait s'y attendre.

Je propose du fric à Nordine ce genre de service téléphonique coutant assez cher, mais celui-ci refuse obstinément, ce qui n'est pas le cas du jeune à côté de nous qui tends la main vers moi depuis 10 minutes maintenant lui les voudrait bien les 20 dhms...

 

Je demande à Nordine une bonne adresse pour pieuter sur M'hamid, il me conseille le carrefour des caravanes il a déjà travaillé pour eux, en plus ils sont référencés dans le guide Michelin...

 

Entre Tagounite et M'hamid un petit col le tizi Beni Selmane marque une petite frontière entre le jebel sahro et le sahara à proprement parler.

 

route sableuse.JPG

 J'arrive au carrefour des caravanes recommandé par Nordine, pour la première étape de ce mini trip saharien, l’hôtel est plutôt sympa, le patron très directif me demande ce que je viens faire où je vais tout ça tout ça... et puis surtout le désert ENFIN que je me réjouis de voir ce qui n'est pas le cas des locaux qui aimeraient bien le voir repartir d'où il vient.




 dunes hotel.JPG


 

La chambre que j'occuperai cette nuit est celle avec la porte ouverte, une pièce coquette avec un bon plumard un tapis au sol, le tout plutôt poussiéreux désert et construction en terre oblige. Derrière la dune le bled qui s'étale pas de clôture entre l’hôtel et les alentours comment décrire cette impression de liberté et d'espace infini...

 

Le soir arrive je n'ai pas fin de nourriture après tout ce que j'ai mangé le midi chez mon ami Fadili, j'ai fin d'une autre nourriture une nourriture spirituelle celle là, j'ai lu dans le guide Michelin qu'une plaque rendant hommage au caractère caravanier de la ville indique : "Tombouctou 50 jours"

 

Arrivé à l'entrée de la ville un jeune me prends en photo devant le panneau malheureusement trop noir au final il s'appelle Hassan, et me propose de m'amener directement à la plaque Tombouctou, il laisse ses amis en plan content d'avoir pêché un gros poisson (c'est le cas de le dire), nous arrivons de l'autre côté de la ville et commençons à nous enfoncer dans le noir du désert les 15 bourrins de Gertrude ont un peu de mal à nous emmener dans le sable mais finalement nous arrivons à destination pour la photo :

 

 

De l'autre côté de la plaque ou plutôt mosaïque un endroit formidable " La boussole du Sahara" auberge ? Salon de thé ? café littéraire et philosophique ? bivouac d'idées ? et un peu aussi agence touristique...

 

 

 

La place est tenue par Khalifa, d'autres personnes sont également présentes des locaux Youssef et son oncle Rabir tenanciers d'une agence touristique (trop) nombreuses dans les environs. C'est vrai que le désert avance à pas de géant que le gouvernement ne fait ou ne peut pas faire grand chose face aux éléments, et que je l'avoue sans aucune arrière pensée les locaux ne sont pas spécialement des bourreaux de travail j'en aurais confirmation le lendemain, ils sont plus à attendre que ça se passe, plutôt qu'à se retrousser les manches surtout si des cons de touristes leur amènent des vêtements, des médocs, des cahiers, des stylos, etc. pourquoi aller travailler...

Je retrouve également les espagnols et leur Merco orange que j'avais doublé un peu plus tôt dans l'aprem. Ils s'appellent Ferran et Jordi et sont Catalans attention à ne pas se tromper. Ils viennent naturellement de Barcelone et sillonnent l'Europe et le Maroc au volant de leur camion hors d'age, leur chienne a dans son ventre un souvenir du Maroc un portée arrivera bientôt. Ça fait du bien de parler un peu espagnol parce que ça tombe bien Jordi a étudié cette langue "étrangère" au collège. Eux vont faire un bivouac dans le désert à une dizaine de kilomètres la nuit prochaine, et moi que vais-je faire demain me demande Jordi ?

Ben en fait je sais pas trop, déjà je vais venir chez Khalifa avec toutes mes affaires pour la nuit suivante, pour la suite Hassan et Rabir m'ont déjà préparé un circuit pour la journée, ballade en chameau et visite de la Kasbah des juifs, comme c'est Hassan qui m'a amené c'est lui qui me guidera le lendemain comme ça ça lui fera un peu de travail.

 

Dans la discussion en arabe entre locaux je comprends plus ou moins qu'ils se posent la question habituelle sur les roumis qui est PD qui l'est pas, pour eux les catalans ne le sont pas mais moi oui, forcément un homme qui voyage seul libre de toute contrainte c'est louche, pourquoi ne m'astreindrais-je pas à une morale rigoriste, archaïque, où en dehors du mariage la cohabitation entre les deux sexes est strictement interdite et réglementée ce qui au final fait que les hommes restent entre hommes toute la journée favorisant par la même ce que les locaux m'accusent d'être. Mais au final je ne leur en veut pas ils n'ont pas eu la même éducation que moi et je pense qu'il y a surtout une pointe de jalousie...

 

Il est temps pour moi rentrer au carrefour des caravanes, arrivé là bas le patron me signale que je ne suis pas venu manger le soir et qu'ils ont préparé à manger pour moi... Il me demande aussi si j'ai décidé de mon circuit pour le lendemain, oui j'ai décidé mais ça se fera sans vous...

- Pour combien ?

- Pour 300 dhms

Cette histoire de bouffe me mets un peu dans l'embarras moi qui déteste le gaspillage mais que faire ??? À l'inverse de l'adage je décide de reporter au lendemain cette histoire qui aurait pu être réglée le jour même...





Les moissons au milieu de l'oasis de M'hamid








Moi sur Zoheïr le dromadaire.




Hassan et Mohammed deux frères du coin.



Caravan zahraï




Tour Kasbah des juifs




La kasbah des juifs vue de l'intérieur.





16/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres